Pêle-mêle

  • Accueil
  • > La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048
24 juin 2018

La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048 (125)

Publié par ditchlakwak dans La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048
« Il me faut un servant d’autel. Et il serait souhaitable qu’il y ait au moins un fidèle laïc. C’est là le minimum minimorum».
« Il faut encore un artificier. Je n’ai pas besoin d’assistant pour ce travail. Comme je dois communier, j’assisterai obligatoirement à l’office, de sorte que je remplirai à moi seule la fonction de deux personnes. Ensuite, je le répète, une paire de bras supplémentaire ne changera rien à l’issue du combat, bien qu’il ne faille rien négliger. Je n’ai aucun droit à formuler des exigences. Je n’exige rien. A chacun de décider en son âme et conscience s’il doit ou non assister à la messe au moment où les autres se feront tuer. Cette décision appartient à chacun, et chacun en décidera pour lui-même. Vous pouvez commencer, mon Révérend ».
Thomas Bourdelet, comme un enfant, ne put réprimer un sanglot. Yves Montoux grinça des dents :
« Pour ce qui me concerne, je retourne aux barricades. C’est vrai, ici, on n’a pas besoin de plus de trois personnes ».
« J’y vais, moi aussi ».
« Rien à dire, tout est clair ».
« Qu’il en soit ainsi. Roger, prends un homme avec toi et foncez vers le dépôt d’armes, dans le métro. Jusqu’à présent, nous ne pouvions prendre le risque de ramener prématurément à la surface nos charges de plastit-n. Maintenant, il n’y a plus une minute à perdre. La sentinelle de service est au courant et vous dira la quantité qu’il faut prendre.Tâchez de ne pas mettre plus d’une demi-heure ».
« D’accord ».
*
**
Après avoir confié l’ex épouse de l’imam à l’équipe d’évacuation, Eugène Olivier sortit en trombe du métro. Déjà, au moment où ils arrivaient, la fusillade avait commencé sur les ponts. Mais les détonations n’étaient plus les mêmes, maintenant, il faut croire que l’ordre avait été donné de mettre les mitrailleuses en action. Il fallait faire vite. Sur les marches, Eugène Olivier était tombé sur Roger Moulinier, ccompagné d’un garçon des catacombes qu’il ne connaissait pas.
« Salut ! La messe a commencé ? ».
« Pas encore. Tu te rends compte, ça va être une messe de requiem ! », s’exclama le jeune garçon aux taches de rousseur.
« J’y serais bien allé, mais c’est vraiment pas le moment ….Je file vers le Petit pont. Mais je voudrais être là quand le père Lotaire regagnera le métro. Personne ne sait quand il quittera la cathédrale ? ».
Ses interlocuteurs échangèrent un regard gêné.
« Fais pas l’idiot, Lévêque, réagit sèchement Roger. Et n’abandonne tes positions que quand tu en recevras l’ordre ».
« Et le père Lotaire ?! ». Eugène Olivier avait saisi d’une poigne d’acier le coude de Roger pour l’empêcher de s’éloigner ;« Moulinier, ne me cache rien ! ».
« Tu n’as vraiment rien entendu dire ? Le père Lotaire….et Sophie Sévazmiou…resteront à Notre-Dame jusqu’à la fin. Jusqu’au tout dernier moment. C’est eux qui en ont décidé ainsi. Et lâche mon blouson, Lévêque, je n’ai pas que ça à faire ».
Cette injonction était inutile, les doigts s’étaient desserrés d’eux-mêmes. Eugène Olivier prit la direction du Petit pont, d’abord à pas lents, puis en accélérant au fur et à mesure que la situation sur la barricade lui apparaissait plus clairement.
*
**
Le spectacle qu’offrait le Petit pont dépassait tout ce que l’on aurait pu imaginer. Ni les restes de la barricade, ni le revêtement du pont n’étaient plus visibles, enfouis sous des cadavres en uniformes bleus que d’autres soldats en bleu piétinaient, en courant dans tous les sens. On aurait dit une énorme fourmilière qu’on vient d’arroser de pétrole.
« Mais qu’est-ce qui leur prend ? On les a drogués ou quoi ? Bon sang, râlait Georges Pernoud, ils foncent comme des enragés ! Juste ciel, quelle charge ils font ! Eh, Bertaud ! ».
Bertaud, sans poser de question, jeta sa kalachnikov et vint s’aplatir, à la place de Pernoud, derrière une mitrailleuse.
« Allô, Paul, allô ? criait Pernoud. Il reste encore des munitions pour les lance-grenades ? Tu as été dévalisé ? Merde ! Tant pis, même si ce sont des grenades à fusils, ou n’importe, ce que tu as ! C’est bon, on prend ! Et contacte La Rochejaquelein. Qu’il retire des gens là où il voudra, là où ça chauffe pas trop, il me faudrait encore dix hommes, au minimum !…Mais je te dis que j’ai perdu la moitié de mes effectifs, et quand je dis la moitié, c’est plutôt les deux-tiers ! ».
Oui, les deux-tiers, et en une demi-heure à peine, songea Eugène Olivier en jetant un bref regard sur la tête fracassée d’Yves Montoux. Il n’était même plus possible maintenant d’évacuer les corps sur le côté.
« Lévêque, en vitesse, ramène des grenades à main, il y en a encore ! ». Le visage de Georges fut illuminé d’un sourire pathétique. Une mèche, noircie de sang, lui collait au front, et nul n’aurait su dire à qui appartenait ce sang. Eugène Olivier bondit et se mit à courir. Son épuisement, qu’il refusait d’admettre, était tel qu’il n’accordait pas plus d’attention aux balles qui lui sifflaient aux oreilles qu’à des bourdonnements de hannetons. Il avait l’impression de pouvoir courir, tomber, se relever et tirer sans s’arrêter, comme une mécanique. Il lui semblait que cette mécanique était impérissable, que jamais, le ressort intérieur, remonté à bloc, ne pourrait lâcher.
→ A suivre
17 juin 2018

La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048 (124)

Publié par ditchlakwak dans La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048
Oh, là, là, quelle poisse, mais quelle poisse tout de même !Et dire qu’hier, ils avaient l’impression d’être submergés par les troupes ! Alors qu’on pouvait compter les régiments sur les doigts de la main ! Bref, tout était clair, maintenant. Ces enfants de salauds avaient peur de risquer leur artillerie, mais ils faisaient donner la chair à canon sans états d’âme ! C’est par le nombre qu’ils voulaient écraser, écraser au plus vite, car, en haut-lieu, on commençait à s’agiter, à s’énerver, à menacer… Un objet brilla sous ses pieds. C’était un portable, providentiellement perdu là par quelque inconnu. Elle avait voulu s’en procurer un dans la journée, mais le temps lui avait manqué. Sans cette trouvaille, elle aurait dû maintenant redescendre quatre à quatre au risque de se rompre le cou. Elle appela.
« Heureux de vous entendre, Sophie ! répondit immédiatement La Rochejaquelein. Justement, je voulais prendre de vos nouvelles ! ».
« Moi, ce n’est pas de mes nouvelles que je voulais vous entretenir, mais des vôtres !Henri, c’est le moment de sortir de leur cachette les mitrailleuses, les lance-grenades,l’artillerie…En un mot, il n’y a plus aucune raison de dissimuler tout notre arsenal ».
« Mais, dans ce cas, Sophie, ils vont, eux aussi, faire donner les canons ».
« Ils n’auront pas le temps. Ils n’ont même pas eu l’idée de les emmener sur le terrain ».
« Vous en êtes sûre ? ».
« Devinez où je me trouve actuellement, Henri ! Sur le toit de Notre-Dame ».
« D’où je conclue, au moins, que vous êtes saine et sauve ».
« En pleine forme ! ». Sophie rejeta d’un mouvement de la tête une mèche de cheveux que le vent avait rabattue sur son visage. « Je pense que, maintenant, l’église a été remise en état, autant que cela se peut dans les conditions actuelles. Nous avons encore besoin de moins de trois heures en tout et pour tout. Ils ne savent pas, Henri, qu’il nous faut, désormais, si peu de temps, et cela constitue notre seule chance. Je ne sais si nous aurons encore la possibilité de nous joindre. Dans deux heures et demie, vous devez donner le signal de la retraite… ».
« C’est bien noté. Dans deux heures et demie, nous commencerons à délester la lignede défense ».
« Non, commencez déjà à la délester progressivement d’ici deux heures. Henri, la mêlée risque d’être terrible ! ».
« Nous tiendrons les ponts, n’ayez crainte, Sophie ».
« Je sais. Encore un mot, Henri… ».
« Oui ? ». Sa voix s’était soudain tendue.
« Ne gardez pas de moi un mauvais souvenir». Et Sophie fit claquer le couvercle de son téléphone.
*
**
« Le plus vexant est que l’on ne peut rien faire, en si peu de temps, avec ces pataugeoires pour ablutions. Au moins, celles qui sont dans les tribunes, on ne les voit pas. De toute façon, on ne va pas réinstaller les grandes orgues. Et où irions-nous les dénicher ? ».
Le père Lotaire répondit à de Lescure :
« Dans la tradition grégorienne (102) , la messe ne nécessite pas l’utilisation des orgues. A mon goût, cet instrument est d’invention bien trop tardive ».
« Comme les notes ovales que vous ne connaissez pas ? ».
« Pourquoi les connaître, quand tout est parfaitement clair avec les notes carrées »,(103) rétorqua ingénument le père Lotaire. Je n’ai jamais saisi pourquoi vous aviez besoin de cinq lignes pour faire une portée. Non, n’essayez pas de me l’expliquer, de toute façon, je n’y comprendrais rien. Alors, Sophie, vous avez contemplé à satiété le panorama de la capitale ? Nous allons commencer tout de suite ».
« Une minute ! ». Sophia fit un geste impérieux de la main. Le ton de sa voix obligea ses interlocuteurs à se figer, comme les personnages de La Belle au bois dormant: le cuistot, armé d’un couteau, arrêté dans sa course derrière un poulet, le marmiton, avec sa louche pétrifiée au dessus du feu, la servante, portant à bout de bras le tapis qu’elle secouait. En tout cas, le cierge, à peine libéré de son emballage, resta suspendu entre les mains de Lescure et Yves Montoux, chargé d’une pile de tapis de prière destinés au dépotoir, stoppa net devant les portes ouvertes.
« Nous sommes tout ouïe, Sophie », dit avec douceur le père Lotaire.
« Dans quelques minutes, l’ennemi va se lancer à l’assaut des ponts, poursuivit Sophie. Le choc sera tel, que, par comparaison, l’affrontement d’hier aura l’air d’une promenade de santé. Je comprends, je comprends parfaitement que beaucoup d’entre nous souhaiteraient assister à la messe d’aujourd’hui, à la messe de Notre-Dame, à cette messe qui témoigne de notre victoire. Peut-être qu’un homme de plus ou de moins ne pèsera pas bien lourd sur les barricades. Mais….Père Lotaire, combien de personnes doivent être, au minimum, présentes à l’office pour que la célébration puisse se dérouler normalement ? ».
_________________________________
102 -Le chant grégorien ou plain-chant, système de chant religieux mis au point au Moyen-âge dans l’Eglise occidentale. Selon la tradition, il a été institué par le pape saint Grégoire I le Grand (dit le Dialoguiste , 590-604). Au même titre que le latin, le chant grégorien est une composante essentielle de la messe traditionnelle.
103 -Les neumes (NdT).
10 juin 2018

La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048 (123)

Publié par ditchlakwak dans La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048
« Ecoutez….kafirs… » La femme s’exprimait en sabir français avec un drôle d’accent. « Et, est-ce que je pourrais… est-ce que je pourrais ne pas partir ? Vous n’allez pas nous tuer, n’est-ce pas ? J’ai entendu dire que vous ne tuiez pas les femmes et les enfants. Beaucoup me l’ont dit. Je ne sais presque rien sur vous, c’est-à-dire sur les kafirs. Je n’ai pas étudié. Je ne sais même pas lire. Mais, par contre, je peux travailler pour vous, je sais faire plein de ces choses que font les domestiques. Je vous jure, je ne rechigne pas à la tâche ! ».
« Et pourquoi ferais-tu ça ? », bégaya d’étonnement Eugène Olivier. « Tu es bien la plus jeune épouse de l’imam, pas vrai ? ».
La jeune femme fut secouée d’un haut-le-corps.
« C’est vrai… ».
« Ecoute-moi, fillette », dit Sophia avec une inflexion de voix étonnamment affectueuse. « Commence par enlever cette nippe ».
La jeune femme réprima un mouvement de recul, hoqueta un lourd soupir, puis aussitôt, d’un geste brusque, comme si elle se jetait à l’eau, arracha sa parandja. On put alors se rendre compte qu’elle n’était pas seulement jeune, mais vraiment toute jeunette, gracile, avec des yeux bleus, des sourcils clairs et des cheveux blonds, presque blancs.
« Quel dommage de cacher un si joli minois ! Allez, dis-nous ton affaire, mais fais vite, nous sommes terriblement pressés ».
« Je ne pense pas qu’avec les kafirs, ça puisse être pire pour moi que chez les vrais croyants. Mes parents m’ont mariée à l’imam par ce qu’ils voulaient à tout prix s’allier à un homme influent, mais lui…Voyez, madame, c’est mon fils. Regardez les jolis cheveux blonds qu’il a. Mon mari voulait…il voulait… ».
Sophia l’aida vivement à achever :
« Il voulait le faire passer pour un enfant du ghetto. Il pensait, si les choses tournaient mal, le sacrifier pour sauver sa peau ».
La jeune femme acquiesça imperceptiblement en serrant plus fort son enfant contre sa poitrine. Sophia, sans avoir l’air de remarquer les regards qu’échangeaient ses compagnons, poursuivit :
« C’est un vieux truc à eux ! Evidemment, personne ne va t’obliger à les suivre. Lévêque, accompagne cette gamine au métro. Tu l’affecteras à un groupe d’évacués. Enfin, tu verras toi-même, sur place ».
« On y va ! ». Eugène Olivier, bien sûr, se souvenait qu’il ne fallait pas, par exemple, prendre la jeune femme par la main, au risque de l’épouvanter à mort. «Et puis, arrête de trembler comme une feuille, tu parles d’une histoire, tu as prononcé le talak contre ton petit mari!»(101)
« Une épouse ne peut pas prononcer le talak contre son mari », dit-elle avec un petit rire timide, tout en suivant Eugène Olivier vers les portes largement ouvertes. « Il n’y a que le mari qui puisse le faire ».
« Et voilà, toi, tu as su faire les choses à l’envers ! », sourit Eugène Olivier. « Bon, on y va au pas de course. Tu veux que je prenne le petit ? Il n’a pas l’air d’un poids plume ! Mais non, ne pleure pas, mon petit gars, tu n’as pas perdu ta maman, elle est là, à côté de toi. Après toutes ces péripéties, tu peux te considérer comme baptisé ».
*
**
L’un après l’autre, les maquisards quittaient la cathédrale pour regagner leurs positions. Sur place, il ne restait plus que six ou sept jeunes chrétiens des catacombes qui avaient accepté de prendre les armes, et de Lescure, que Sophie n’avait même pas vu entrer. De loin, elle entendit la voix du père Lotaire :
« Redonner à ce machin informe l’apparence d’un siège épiscopal, ça n’a aucun sens ! De toute façon, il n’y a pas d’évêque aujourd’hui parmi nous ! Je vous demanderais seulement d’évacuer la chose quelque part, le plus loin possible, pour qu’elle ne traîne pas sous nos pieds au moment de la procession. Richard ! Denis ! Arrachez ces micros de malheur, qu’ils aillent au….Pardonne-moi, Seigneur, je ne dirai pas où ! De Lescure, avons-nous assez d’encens ? ».
« Vous m’offensez, mon Révérend,, est-ce que je vous demande si vous n’avez pas oublié votre calice à la maison ? Grâce à Dieu, l’ancien autel est resté à peu près intact. Comme les néo catholiques s’en servaient pour poser des fleurs, les autres ont fait pareil, mais à la place, ils ont mis leurs livres. Sans doute n’avaient-ils pas compris qu’il s’agissait d’un autel, sinon, ils l’auraient mis en miettes ».
« Mon Révérend, qu’est-ce que je fais de ce fourbi ? Venez voir ! ».
Comme, visiblement, sa présence n’était pas indispensable, Sophia ne voulut pas se priver du plaisir de gravir l’escalier à vis pour admirer le panorama de Paris. L’effort en valait la peine, comme le garantissaient les guides touristiques lus dans sa jeunesse. Le spectacle était en effet à couper le souffle, même à cette heure où la ville baignait encore dans l’obscurité. Mais l’aube pointait déjà, les nuits d’été sont courtes. Non seulement on distinguait très bien les silhouettes des monuments qui se découpaient sur le fond d’un ciel nacré, mais aussi les artères parisiennes, pour l’instant asséchées comme le lit de torrents prêts à accueillir le flot humain. Mais, au fait, les rues n’étaient-elles pas anormalement fréquentées à une heure aussi matinale ? Sophia, cramponnée à la balustrade de pierre fouillait intensément l’horizon du regard, déplorant d’avoir été épargnée par la presbytie sénile.
_____________________________
101 -Talak, voir note 14 , chapitre 1.
3 juin 2018

La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048 (122)

Publié par ditchlakwak dans La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048
Le père Lotaire sourit à Sophia :« C’est la première fois que je me retrouve ici pour de vrai ».
« Votre présence y est quelque peu prématurée, mon Révérend. N’oubliez pas que nous n’avons personne pour vous remplacer ».
« C’est la pire des tentations et la plus nuisible à l’âme que de se savoir irremplaçable quand, autour de soi, les autres risquent leur vie. Ne vous souciez pas de ma sécurité, Sophie. Je pense que le Seigneur désire cette messe. Et, dans ce cas, il me protégera. Inutile de prendre ce soin à notre charge ».
« Oui, comme on dit, il faut espérer en Dieu, mais garder sa poudre au sec ».
« Voilà bien une formule typique de l’hypocrisie protestante qui masque, en fait,l’incrédulité ».
La discussion en resta là : des maquisards sortaient du couloir intérieur en poussant devant eux six personnes. Trois hommes : l’imam et deux adolescents imberbes qui se serraient contre son importante personne, et trois femmes en parandja, dont l’une portait un enfant dans les bras.
« On n’a pas eu le cœur de liquider ces morveux, Sophie », dit un maquisard d’un certain âge que le père Lotaire voyait pour la première fois. On sait ce que vous allez dire, mais, peut-être, cette fois…. ».
« Vous n’aurez pas l’audace de me tuer, kafirs ! ». L’imam Movsar-Ali avait retrouvé toute son arrogance. « Je suisl’imam de la mosquée Al-Franconi… ».
« Tu te trompes sur toute la ligne ». Sophie tira son revolver de sa poche, et, avec un sourire glacial, l’appliqua contre la tempe de l’imam. Elle le maintint ainsi assez longtemps pour voir, dans les yeux noyés de graisse, l’assurance se muer en panique incoercible. « Tu sais à qui tu t’adresses, fils de chien ? Sophia Sévazmiou, c’est moi. Non, je te dispense de tomber sur tes genoux, encore qu’ils flageolent sérieusement. Rassure-toi, tu vois, je retire mon revolver. Tu peux essayer de te tenir sur tes deux guiboles, si tu préfères, naturellement. Je pense que tu as déjà pigé où réside ta première erreur. De l’audace, pour te tuer, on en aurait à revendre. Mais tu t’es trompé sur un deuxième point : tu es tout, sauf imam de la mosquée Al-Franconi ».
« Vous mentez, je suis l’imam, l’imam de la mosquée Al-Franconi, et ces personnes peuvent en témoigner. Je suis l’imam en personne ! Qui oserait se faire passer pour un personnage aussi important, un personnage qu’on pourrait échanger, qu’il serait avantageux d’échanger contre…. ».
« Ferme la, et écoute encore ». Sophia souffla machinalement dans le canon de son revolver. « Tu n’es pas l’imam de la mosquée Al-Franconi, pour la bonne raison, qu’à partir d’aujourd’hui, il n’y a plus de mosquée portant ce nom. Tu n’es qu’un petit imam obscur au chômage ».
« Quoi ?! Comment ?! ». Les yeux de Movsar-Ali s’écarquillèrent et sa mâchoire se mit à pendre comme s’il voyait un revenant dont les os s’entrechoquaient, alors qu’en fait, il regardait le père Lotaire vêtu de sa soutane noire.
« Tu as bien entendu. Il en est ainsi, et pas autrement. Dorénavant, et pour toujours, ce sanctuaire redevient la cathédrale Notre-Dame ».
« Alors là, tu te fais des illusions, femme ! ». Curieusement, Movsar –Ali semblait résolu à oublier sa frousse, précisément au moment où elle se serait pleinement justifiée. Il ne pouvait la surmonter totalement, mais il essayait de la vaincre avec une réussite inégale.
« C’est toi, femme, qui te trompes grossièrement ! Admettons que vous teniez le siège de l’île une semaine, disons même un mois ! Vous êtes cernés par toute la France ! Par la France soumise à la charia ! Tu t’imagines qu’on va tolérer que vous installiez ici votre nid de guêpes ? Il est bien vrai que les femmes sont sans cervelle, mais ceux qui les écoutent en sont dépourvus tout autant ! Vous avez vu un peu grand ! On va vous enfumer comme des rats et vous déloger d’ici à tous les coups. Et cet édifice redeviendra la mosquée Al-Franconi, il ne peut en être autrement ! ».
Sophia rangea son revolver dans sa poche.
« Cela se peut, et comment ! Notre-Dame ne sera jamais plus une mosquée. Maintenant, de quelle façon ce résultat sera-t-il obtenu, tu n’as pas encore à le savoir. Ainsi, ta dernière heure n’a pas encore sonné, sauf, bien sûr, si l’effort de comprendre le pourquoi du comment ne te provoque un coup de sang. Nous te rendons la liberté ».
« La liberté ? ». Sous le coup de l’émotion, l’imam était devenu verdâtre et ses jambes, à nouveau, se dérobaient sous lui.
« Oui. On va vous escorter, toi et toute ta smala jusqu’aux barricades, et là, on vous relâchera. Vous communiquerez aux autres la nouvelle du jour. Nul ne doit ignorer que s’en est fini de la mosquée. Qu’on célèbre, en ces lieux, la sainte messe. Que la croix a vaincu le croissant ».
Sophia fit un petit signe nonchalant de la main. Trois maquisards conduisirent les prisonniers vers la sortie. L’imam titubait. Il était soutenu d’un côté par l’une de ses épouses, et, de l’autre, par ses jeunes gardes du corps.
« Allez, vas-y, vas-y toi aussi ! ». Eugène Olivier encouragea d’un signe de tête la femme qui hésitait avec son enfant, en lui désignant de la main le groupe qui s’éloignait. Sans doute comprenait-elle mal le sabir français, ou peut-être se trouvait-elle encore sous le choc. «Personne ne te fera de ma l, tu peux partir avec les autres ».
27 mai 2018

La Mosquée Notre-Dame de Paris, année 2048 (121)

« Je ne vais pas te tuer. Si tu avais été mon frère, je l’aurais fait sans doute. Mais là….Non, je vais te conduire où il convient. Mais ne te fais pas trop d’illusions, en fin de compte ça m’étonnerait que quelqu’un ait pitié de toi. Il faut que les choses suivent leur cours, dans l’intérêt de la cause. Le reste m’est indifférent. Allez, ouste ! ». Et Maurice donna une bourrade dans le dos de son prisonnier avec le canon de sa mitraillette.
*
**
Avec son trophée à la bretelle, Eugène Olivier dévalait l’escalier de pierre en spirale qui l’aspirait comme le tourbillon d’un entonnoir. Il pensait, avec une pointe d’envie, que son grand-père Patrice avait gravi ces marches plus de cent fois. Il aurait été curieux de savoir s’il savait aussi sonner les cloches, au moins un peu. Lui, à sa place, c’est sûr qu’il aurait tout fait pour apprendre.
*
**
« Ils passent à l’attaque ! Ils vont nous donner l’assaut ! ». En quelques heures, la voix de l’imam Movsar-Ali s’était complètement éraillée. « Ils attaquent ! Les maquisards attaquent, les kafirs attaquent ! Et ces fils de Satan, là-bas, à l’Etat-major, au gouvernement, sont encore incapables de rien entreprendre ! ».
« Mais les nôtres aussi attaquent, très honorable Movsar-Ali » s’enhardit à faire observer un jeune gardien de la vertu.
« D’ici, on entend bien qu’on se bat ».
« Les nôtres attaquent ?! Tu veux dire qu’ils ont battu en retraite dès que le jour est tombé, et, depuis, pas un seul coup de feu ! Et c’est précisément le moment que les kafirs ont choisi pour nous tomber dessus ! ».
Décidemment, l’imam de la mosquée Al-Franconi n’était pas d’humeur à écouter des paroles de réconfort.
*
**
« J’aimerais bien savoir où est passé le fameux sniper au fusil thermique », lança gaiement Paul Germy au moment où il courait à découvert, lors d’une sortie de routine. Bien sûr, les balles crépitaient sur les pavés, mais seuls les ricochets étaient à redouter, car, dans la nuit, les assiégés tiraient au hasard.
« Pourquoi, il te manque ? ».
« Pas vraiment ! ». Paul ne savait même pas à qui il venait de répondre, mais c’était sans importance. Roger Moulinier tira une grenade de sa poche.
« Je vais tout seul jusqu’à la façade ! Vous allez voir, je vais vous ouvrir les portes dans la plus pure tradition britannique des majordomes stylés ! ».
*
**
Il ne lui restait plus que quelques marches à descendre. Tout allait dépendre de la chance. Les antiques verrous intérieurs étaient coulés dans le bronze, et les vantaux taillés dans un bois de chêne si solide qu’il aurait fallu être idiot pour songer à les barricader davantage. Dans quelques secondes, il allait pouvoir ouvrir tout grand le portail. Ce n’était qu’une question de chance. Roger Moulinier fixait sa grenade au battant du portail. Voilà qui était fait ! Il détala aussitôt le long du mur, en prenant ses jambes à son cou, c’est le moins qu’on puisse dire ! Une explosion retentit.
*
**
Movsar-Ali, recroquevillé sur un divan du salon, voyait s’écrouler avec horreur la pile de livres édifiée derrière la fenêtre. Il y a une minute, elle servait encore d’abri au policier embusqué là avec son fusil. Mais, dans la mosquée, il y avait maintenant beaucoup moins de policiers et de fusils que de fenêtres. Ces livres n’étaient pas tombés tout seuls. Leur chute fut immédiatement suivie par l’apparition d’un maquisard sur le rebord de la fenêtre. Lequel, sans accorder un regard à l’imam, jeta un coup d’œil circulaire, puis se pencha vers l’extérieur pour tirer à lui un deuxième homme, vraisemblablement celui qui l’avait aidé à se hisser en le prenant sur ses épaules. Ils sautèrent ensemble sur le plancher de l’appartement. Ici et là, dans la pénombre de l’énorme édifice, des coups de feu claquaient en salves désordonnées.
*
**
En entendant le fracas de l’explosion, Eugène Olivier, oubliant toute prudence, déboula de la cage d’escalier. Il faillit recevoir sur lui les battants qui s’effondraient du portail du Jugement Dernier. Roger Moulinier se tenait dans l’encadrement béant.
« Lévêque !! Mais d’où sors-tu ?! Tu n’étais pas avec nous dans le commando d’assaut ! ».
« Et ça, tu l’as vu ? » répondit Eugène Olivier en brandissant son trophée.
« D’accord, je comprends maintenant la disparition du sniper! Et nous qui nous torturions les méninges ! ».
Roger épaula : un groupe de cinq ou six policiers se dissimulait dans une galerie latérale. Notre-Dame était maintenant envahie par les maquisards, et, cependant les choses allaient moins vite que nécessaire. Les tréfonds de l’antique cathédrale recélaient trop de recoins, autant de caches idéales qu’il fallait sonder. Les musulmans s’étaient retranchés dans les tribunes réservées aux femmes, dans les appartements de l’imam, dans le chœur et dans la crypte. Le plus facile – cela prit moins d’une heure – fut d’éliminer ceux qui trahissaient leur présence par des tirs. Mais , pour que la messe pût être célébrée sans problème, il fallait passer au peigne fin l’immense sanctuaire, comme une toison pouilleuse. Pendant longtemps, des tirs isolés et des cris retentirent encore ici et là, parfois à une demi-heure d’intervalle.
12345...26

lescroco2010 |
edemos |
Rituel amour retour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Exos et mandas passion
| BELTOGOMAG
| tout et n'importe quoi