Pêle-mêle

1 novembre 2016

Sorcières, vampires et autres zombies peuvent enfin sortir !

Publié par ditchlakwak dans Non classé

Sorcières, vampires et autres zombies peuvent enfin sortir !  chat-noir-et-les-sorcieres
Histoire et origines d’Halloween
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Halloween ne vient pas des États-Unis. Son existence est beaucoup plus ancienne et la fête est née pas si loin de chez nous. Elle est en effet dérivée de la célébration de Samain (nom irlandais) ou Samonios (nom gaulois), créée par les Celtes. Cette fête religieuse, conduite par des druides, se tenait à la fin de l’automne (à la fin des récoltes) et marquait l’entrée dans une nouvelle année. En Irlande et en Gaule, on craignait cette nuit de Samain, durant laquelle des esprits maléfiques pouvaient sévir. Pour éviter cette présence « noire » et éloigner le danger, les habitants allumaient des feux en plein air. Cette nuit était aussi un « entre-temps » entre le monde des vivants et des morts. Les Celtes laissaient leurs portes ouvertes pour que les défunts de leurs familles puissent revenir pour quelques heures parmi les vivants.

Cette tradition s’est quelque peu éteinte avec l’arrivée des Romains en Gaule et du christianisme dans ces contrées, aux alentours du Ve siècle. Le pape Boniface IV déclara même en 610 que cette fête était païenne et décida de créer la Toussaint, fête de tous les saints. Célébrée à cette époque le 13 mai, la Toussaint changera de date au VIIIe siècle et sera fixée au 1er novembre. Certains historiens y voient clairement une référence à la fête celte de Samain, une volonté de christianiser la Samain. Une référence qui trouvera également un écho quand sera instituée au Xe siècle la fête des morts le 2 novembre, lendemain de la Toussaint

14 avril 2016

La loi du Karma

Publié par ditchlakwak dans Non classé

feuforet

 

« Quand un oiseau est vivant, il mange des fourmis. Quand l’oiseau est mort, les fourmis le mangent. Le temps et les circonstances peuvent changer à tout moment, ne pas sous-estimer ou blesser quelqu’un dans la vie. Vous pouvez maintenant être puissant, mais n’oubliez pas que le temps est plus puissant que vous. Il suffit d’un arbre pour faire un million d’allumettes et seulement une allumette pour brûler un million d’arbres. »

« Karma » Jean Mc Abby Bruny

 

6 novembre 2015

Olivier

Publié par ditchlakwak dans Non classé

Olivier olivier_plant_med_bd

 

OLIVIER  (la sagesse)

Aime le soleil, la chaleur et les doux sentiments, équilibré, évite les agressions et la violence, tolérant, enjoué, calme, possède un sens de la justice bien développé, sensible, emphatique, n’éprouve pas de jalousie, aime lire et aime être entouré de gens sophistiqués.

28 août 2013

X-FILES

Publié par ditchlakwak dans ditchlakwak, Non classé

http://statics.photodom.com/photos/2007/01/02/181524.jpg

Dire qu’au cinéma les choses se produisent de façon irréelle…mais  dans la vraie vie elles nous arrivent de manière irréelle aussi…
Il y a réel et irréel. Y a-t-il quelque chose au-delà?  Seul le rêve permettra peut-être de le savoir…

 

« Le monde est-il réel ou irréel, fini ou infini, créé ou incréé, éphémère ou éternel? La science n’entrevoit pas le moment où elle pourra répondre à une seule de ces questions »
Gustave Le Bon

14 avril 2013

La Chute d’Icare

Publié par ditchlakwak dans Non classé

La Chute d'Icare 800px-Bruegel%2C_Pieter_de_Oude_-_De_val_van_icarus_-_hi_res

 

Le vol d’Icare de Breughel, plein de soleil, est l’expression même de la solitude, non pas de l’égoïsme, mais de l’indifférence qui isole les hommes les uns des autres. Il a sans doute raison, ce laboureur, de tracer son sillon pendant qu’Icare se tue. Il faut que la vie continue, que le grain soit semé ou récolté pendant que d’autres meurent. Mais on souhaiterait qu’il lâche sa charrue et aille au secours de son prochain. Je me trompe peut-être et sans doute ignore-t-il qu’un homme se tue. Il est aussi inconscient que la mer et le ciel, que les collines et les rochers. Icare meurt, non pas abandonné mais ignoré. Chacun de nous est comme ce laboureur. Chaque fois que l’on sort, on passe à côté d’un désespoir, d’une souffrance ignorée. On ne voit pas les regards implorants, ni les misères de l’âme ou du corps. Je suis loin de mon prochain. Si j’en étais vraiment proche, j’abandonnerais toujours sans même y réfléchir ce que je suis occupée à faire, pour aller vers lui.

Nous(1) avions été Icare. Dehors, le monde continuait.
1- A. Philipe est la femme de l’acteur Gérard Philipe, après la mort duquel elle a écrit Le Temps d’un soupir.

Extrait du livre d’Anne PHILIPE « Le Temps d’un soupir »

123456

lescroco2010 |
edemos |
Rituel amour retour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Exos et mandas passion
| BELTOGOMAG
| tout et n'importe quoi